La vidéo comme outil de publicisation et de coordination de l’action collective et de la lutte armée dans la révolte en Syrie

Extrait de l’ouvrage Pas de Printemps pour la Syrie. Acteurs et défis de la crise 2011-2013 , dirigé par  François Burgat  et   Bruno Paoli, aux éditions La Découverte.

La révolte en Syrie a créé une nouvelle grammaire de l’action protestataire qui diffère radicalement des modes d’expression contestataires qui prévalaient durant le régime autoritaire de Bachar al-Assad. Alors que ceux-ci étaient largement monopolisés par une élite intellectuelle et politique qui privilégiait la mobilisation pétitionnaire et la négociation, acteurs, pratiques et lexiques se sont désormais renouvelés pour entrer dans une confrontation directe avec le régime. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, jouent ici un rôle essentiel, non pas du point de vue de leurs (discutables) potentialités mobilisatrices (Khamis, Gold, Vaughn, 2012) mais de celui de la documentation, de la mise en images et de la coordination du mouvement. La révolte se joue également sur le terrain sémantique puisque le régime tente de la faire passer, depuis le début, pour une entreprise terroriste.
À lire ici.

Bodymages, notes pour une définition

Publié sur le carnet de recherche Window

La majorités des vidéos que je suis amenée à observer et analyser sont produites au moyen de téléphones portables. Comme outil de prise de vue, il donne naissance à une manière de filmer expérimentée jusqu’alors qu’une seule fois dans l’histoire :

« Tout l’espace du regard (…) est bouleversé. La main obtient une visée impossible à l’oeil, une visée tactile produisant des images qui peuvent avoir l’expressivité du geste. Comme si le regard filait le long du bras, se greffait sur la hanche, accompagnait les pieds, renversait la tête.1 »

À lire ici.