Archives par mot-clé : Syrie

La vidéo comme outil de publicisation et de coordination de l’action collective et de la lutte armée dans la révolte en Syrie

Extrait de l’ouvrage Pas de Printemps pour la Syrie. Acteurs et défis de la crise 2011-2013 , dirigé par  François Burgat  et   Bruno Paoli, aux éditions La Découverte.

La révolte en Syrie a créé une nouvelle grammaire de l’action protestataire qui diffère radicalement des modes d’expression contestataires qui prévalaient durant le régime autoritaire de Bachar al-Assad. Alors que ceux-ci étaient largement monopolisés par une élite intellectuelle et politique qui privilégiait la mobilisation pétitionnaire et la négociation, acteurs, pratiques et lexiques se sont désormais renouvelés pour entrer dans une confrontation directe avec le régime. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, jouent ici un rôle essentiel, non pas du point de vue de leurs (discutables) potentialités mobilisatrices (Khamis, Gold, Vaughn, 2012) mais de celui de la documentation, de la mise en images et de la coordination du mouvement. La révolte se joue également sur le terrain sémantique puisque le régime tente de la faire passer, depuis le début, pour une entreprise terroriste.
À lire ici.

Un cinéma d’urgence

Par Cécile Boëx

Publié sur La vie des idées.

Entretien avec le collectif syrien Abounaddara  , le 25 septembre 2012.

A l’origine, Abounaddara est une société de production spécialisée dans le cinéma documentaire. Fondée à Damas en 2010 par trois associés inconnus dans le milieu du cinéma, elle réalise une douzaine de courts métrages consacrés à des gens ordinaires, esquissant un portrait en creux de la société syrienne. Ces films sont mis en ligne sur le site d’Abounaddara. Pour la première fois, des films syriens sont diffusés sans visa de censure et sans autre mention que celle du nom de la société de production. Le 15 avril 2011, un mois après le début du soulèvement, la société publie sur sa page Facebook un court manifeste intitulé « Que faire ? » qui souligne la nécessité de produire des images dignes du combat du peuple syrien pour la liberté. Depuis, Abounaddara a mué en collectif de cinéastes autodidactes et anonymes œuvrant dans le cadre d’un « cinéma d’urgence » et met en ligne un très court métrage chaque vendredi, jour principal de contestation. La mobilisation de ce collectif donne lieu à une écriture cinématographique singulière qui vient éclairer d’un nouveau jour le questionnement sur l’art engagé.

A lire ici.