Soulèvements contemporains et mobilisations visuelles

Publié dans Socio n°2 : Révolutions, contestations, indignations, 16 décembre 2013.

Entre la crise de la représentation et la confrontation au pouvoir du spectacle, les mobilisations contemporaines tracent un nouveau chemin, un nouveau langage de la révolte et du rassemblement : celui de l’image partagée sur Internet. La communauté subjective qui s’y manifeste est temporaire et sans appartenance, tout à la fois singulière et anonyme. Tout comme les actes émeutiers, ces images constituent un langage à déchiffrer. Ce nouveau répertoire visuel, véritable contre-spectacle conduit le chercheur à renouveler ses terrains et son épistémologie.

Between crisis of political representation and confrontation with power of spectacle, the contemporary mobilizations define a new way, a new language of the revolt and gathering: that of the image shared on Internet. The subjective community which appears there is temporary and without membership, in the same time singular and anonymous. Like the rioters’ acts, these images are a language to be read. This new visual repertory, true counterspectacle, leads the researcher to renew his fields and his epistemology.

À lire ici.

La vidéo comme outil de publicisation et de coordination de l’action collective et de la lutte armée dans la révolte en Syrie

Extrait de l’ouvrage Pas de Printemps pour la Syrie. Acteurs et défis de la crise 2011-2013 , dirigé par  François Burgat  et   Bruno Paoli, aux éditions La Découverte.

La révolte en Syrie a créé une nouvelle grammaire de l’action protestataire qui diffère radicalement des modes d’expression contestataires qui prévalaient durant le régime autoritaire de Bachar al-Assad. Alors que ceux-ci étaient largement monopolisés par une élite intellectuelle et politique qui privilégiait la mobilisation pétitionnaire et la négociation, acteurs, pratiques et lexiques se sont désormais renouvelés pour entrer dans une confrontation directe avec le régime. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, jouent ici un rôle essentiel, non pas du point de vue de leurs (discutables) potentialités mobilisatrices (Khamis, Gold, Vaughn, 2012) mais de celui de la documentation, de la mise en images et de la coordination du mouvement. La révolte se joue également sur le terrain sémantique puisque le régime tente de la faire passer, depuis le début, pour une entreprise terroriste.
À lire ici.