Archives de catégorie : Publications

Soulèvements contemporains et mobilisations visuelles

Publié dans Socio n°2 : Révolutions, contestations, indignations, 16 décembre 2013.

Entre la crise de la représentation et la confrontation au pouvoir du spectacle, les mobilisations contemporaines tracent un nouveau chemin, un nouveau langage de la révolte et du rassemblement : celui de l’image partagée sur Internet. La communauté subjective qui s’y manifeste est temporaire et sans appartenance, tout à la fois singulière et anonyme. Tout comme les actes émeutiers, ces images constituent un langage à déchiffrer. Ce nouveau répertoire visuel, véritable contre-spectacle conduit le chercheur à renouveler ses terrains et son épistémologie.

Between crisis of political representation and confrontation with power of spectacle, the contemporary mobilizations define a new way, a new language of the revolt and gathering: that of the image shared on Internet. The subjective community which appears there is temporary and without membership, in the same time singular and anonymous. Like the rioters’ acts, these images are a language to be read. This new visual repertory, true counterspectacle, leads the researcher to renew his fields and his epistemology.

À lire ici.

La vidéo comme outil de publicisation et de coordination de l’action collective et de la lutte armée dans la révolte en Syrie

Extrait de l’ouvrage Pas de Printemps pour la Syrie. Acteurs et défis de la crise 2011-2013 , dirigé par  François Burgat  et   Bruno Paoli, aux éditions La Découverte.

La révolte en Syrie a créé une nouvelle grammaire de l’action protestataire qui diffère radicalement des modes d’expression contestataires qui prévalaient durant le régime autoritaire de Bachar al-Assad. Alors que ceux-ci étaient largement monopolisés par une élite intellectuelle et politique qui privilégiait la mobilisation pétitionnaire et la négociation, acteurs, pratiques et lexiques se sont désormais renouvelés pour entrer dans une confrontation directe avec le régime. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, jouent ici un rôle essentiel, non pas du point de vue de leurs (discutables) potentialités mobilisatrices (Khamis, Gold, Vaughn, 2012) mais de celui de la documentation, de la mise en images et de la coordination du mouvement. La révolte se joue également sur le terrain sémantique puisque le régime tente de la faire passer, depuis le début, pour une entreprise terroriste.
À lire ici.

Un cinéma d’urgence

Par Cécile Boëx

Publié sur La vie des idées.

Entretien avec le collectif syrien Abounaddara  , le 25 septembre 2012.

A l’origine, Abounaddara est une société de production spécialisée dans le cinéma documentaire. Fondée à Damas en 2010 par trois associés inconnus dans le milieu du cinéma, elle réalise une douzaine de courts métrages consacrés à des gens ordinaires, esquissant un portrait en creux de la société syrienne. Ces films sont mis en ligne sur le site d’Abounaddara. Pour la première fois, des films syriens sont diffusés sans visa de censure et sans autre mention que celle du nom de la société de production. Le 15 avril 2011, un mois après le début du soulèvement, la société publie sur sa page Facebook un court manifeste intitulé « Que faire ? » qui souligne la nécessité de produire des images dignes du combat du peuple syrien pour la liberté. Depuis, Abounaddara a mué en collectif de cinéastes autodidactes et anonymes œuvrant dans le cadre d’un « cinéma d’urgence » et met en ligne un très court métrage chaque vendredi, jour principal de contestation. La mobilisation de ce collectif donne lieu à une écriture cinématographique singulière qui vient éclairer d’un nouveau jour le questionnement sur l’art engagé.

A lire ici.

Récits collectifs et nouvelles écritures visuelles

Récits collectifs et nouvelles écritures visuelles

sous la direction de Francine Saillant et Michaël La Chance

280 pages, Presses de l’Université Laval, 2012

Colloque CELAT, Montréal Juin 2010

 Alain Bertho : « émeutes et production mondiale d’images en résonance »

Le temps des émeutes est-il nécessairement celui de la fin des récits collectifs des mobilisations sociales et politiques ? L’hypothèse qui sera ici examinée est que, pour le moins, le temps des émeutes nécessite de repenser la figure collective de ce récit comme sa discursivité.

Le récit collectif est un des enjeux des mobilisations populaires, qu’elles soient sociales ou directement politiques. Il s’agit de mettre sur la révolte des mots, un regard, une subjectivité qui ne soient pas ceux de l’adversaire, de l’Etat ou de la police.

Maîtrise de la mobilisation mémorielle, maîtrise du récit historique : l’enjeu a été surpolitisé au cours du XXème siècle. Mais au-delà de ce champ de bataille  symbolique explicite, la chanson, le roman, le théâtre, le cinéma ont été les vecteurs de ces récits partagés, commentés, critiqués.

Si la modernité politique a été marquée parla mise en place de dispositifs de représentation, il semble que la logique de cette dernière ait largement débordé l’espace électoral. Mais pour que ces dispositifs aient été subjectivement partagés, deux conditions ont été nécessaires : qu’il y ait du collectif à représenter (un groupe social, le peuple dans son ensemble…) et qu’il y ait un espace de partage culturel et discursif, l’espace public.

Or la généralisation du face à face émeutier nous dit la rupture généralisée de ces dispositifs. L’émeute surgit là où il y a rupture d’interlocution et effondrement des dispositifs sociaux et politiques de représentation ainsi que des identités collectives. Comme nous le signale si pertinemment Giorgio Agamben, la « communauté qui vient » est celles des « singularités quelconques » irreprésentables.

Les conséquences de cette rupture sont considérables. Elles touchent aux conditions de la politique comme activité collective. Elles touchent à la possibilité même d’un espace public régi par les échanges discursifs.

Dimension imprévue de la « société du spectacle » depuis longtemps annoncée, l’émeute contemporaine est devenue une écriture visuelle et cette écriture est mondialisée. Tel est l’un des traits singuliers de notre époque où l’image, le numérique et le virtuel ont pris une part plus importante encore que nous ne pensons le savoir.

Cette nouvelle écriture qui s’invente dans la confrontation muette des peuples et des pouvoirs appelle la découverte d’un mode de lecture, d’un mode d’intelligibilité qui lui soit propre. L’exercice est inédit. Il est loin d’être évident.

Nous devons préalablement en établir la nécessité sur deux points. Le premier concerne la modernité de l’émeute et le second la place de l’image dans son mode opératoire contemporain….