Tous les articles par Alain Bertho

Soulèvements contemporains et mobilisations visuelles

Publié dans Socio n°2 : Révolutions, contestations, indignations, 16 décembre 2013.

Entre la crise de la représentation et la confrontation au pouvoir du spectacle, les mobilisations contemporaines tracent un nouveau chemin, un nouveau langage de la révolte et du rassemblement : celui de l’image partagée sur Internet. La communauté subjective qui s’y manifeste est temporaire et sans appartenance, tout à la fois singulière et anonyme. Tout comme les actes émeutiers, ces images constituent un langage à déchiffrer. Ce nouveau répertoire visuel, véritable contre-spectacle conduit le chercheur à renouveler ses terrains et son épistémologie.

Between crisis of political representation and confrontation with power of spectacle, the contemporary mobilizations define a new way, a new language of the revolt and gathering: that of the image shared on Internet. The subjective community which appears there is temporary and without membership, in the same time singular and anonymous. Like the rioters’ acts, these images are a language to be read. This new visual repertory, true counterspectacle, leads the researcher to renew his fields and his epistemology.

À lire ici.

Séminaire « Corpus et enquêtes en ligne, expériences et méthodologies »

29 octobre 2013

MSH Paris Nord / Université Laval (Québec) en vidéo conférence

IMG_0461

Raphaële Bertho : « L’enquête en ligne, l’apport du MICA »

Ulrike Riboni : « Les vidéos du printemps arabe »

Madeleine Pastinelli : « Images du printemps Erable : méthodologie d’enquête »

Cécile Boex : « les mises en récit par l’image du témoignage »

IMG_0468

Séminaire du 12 mars 2013

Le projet « Mémoires visuelles » a tenu le 12 mars son premier séminaire à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord avec

  • Alain Bertho, professeur d’Anthropologie, porteur du programme (UMR Lavue, Msh Paris Nord)
  • Serge Wolikow, professeur émérite d’Histoire contemporaine,  TGIR Corpus « archives des mondes contemporains »
  • Francine Saillant, CELAT, professeure d’Anthroplogie, Université Laval (Québec)
  • Raphaële Bertho, MC Sciences de l’Information et de la Communication, MICA, Culture Visuelle
  • Claude Mussou, INA
  • Jean Pierre Salmon, MC d’Informatique, MICA
  • Jacques Guyot, professeur en Sciences de l’Information et de la Communication, CEMTI
  • Sylvain Lazarus, professeur d’Anthropologie,LAVUE
  • Ulrike Riboni, doctorante contractuelle, CEMTI

« Mémoires Visuelles » est un programme de recherche pluridisciplinaire sur la production et la circulation en ligne des images vidéos liées à des mobilisations sociales dans le monde contemporain. Ce programme associe des anthropologiques et des spécialistes des sciences de l’Information et de la communication dans une double enquête : une enquête sur le Web afin de constituer des corpus et d’en analyser les usages, une enquête auprès des mouvements sociaux afin d’analyser leur usage de ces images. Les deux enquêtes convergent dans l’archivage et le catalogage de ces vidéos. Cette dimension du programme est intégrée au consortium IR Corpus « Archives des Mondes Contemporains » labellisé fin 2012.

 

Claude Mussou, INA

 

Porté par la Maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord qui abritera l’outil collaboratif en ligne mis en place pour cette recherche et sa pérennisation en Observatoire, le projet associe deux UMR (Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement LAVUE UMR 7218 et – Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative LESC UMR 7186), deux équipes d’accueil de sciences de l’Information et de la Communication (l’EA 4426 Médiation, Communication, Information, Art MICA de l’Université de Bordeaux et l’EA  3388Centre d’Etude sur les Médias, les Technologies et l’Internationalisation CEMTI de l’Université de Paris 8), l’Institut National de l’Audiovisuel et le Centre interuniversitaire de recherche sur les lettres, les arts et les traditions (Universités UQAM/LAVAL/UQAC – Canada).

 

Serge Wolikow et Francine Saillant

L’hypothèse du programme est que la production multiple et la circulation de multipliée des images vidéos liées aux mobilisations sociales constituent aujourd’hui un élément clef du répertoire des mobilisations contemporaines dans le monde. Cet élément de répertoire a deux dimensions : celle de l’écriture et celle du partage subjectif. Il ne s’agit donc pas de les analyser ici comme des sources d’informations visuelles et documentaires plus ou moins fiables sur les faits et les événements qu’elles présentent, mais comme une écriture individuelle ou collective destinée à l’interlocution et au partage. En ce sens, leur production et leur circulation nous donne à voir, et à lire, la nature de l’implication subjective des individus ou de groupes dans les mobilisations. Au-delà de ces constats attendus et connus sur le rôle des « réseaux sociaux », il s’agit là d’un saisir un usage des NTIC qui fait réellement le lien entre l’événement et la Toile, la place de chacun et son rapport aux collectifs, réels ou virtuels, mais le plus souvent éphémères.

La méthodologie est triple. Il s’agit d’abord de constituer des corpus liés à des événements ou à des mobilisations spécifiques répartis sur plusieurs continents en fonction de leur intérêt et des compétences des membres des équipes.  L’analyse de la circulation et des usages de ces vidéos sur le Web constituera le premier volet du programme. Des enquêtes seront menées sur les pratiques des mouvements en matière de production d’image s et de mise en ligne. Il s’agit enfin de construire un outil collaboratif public et ouvert en ligne et un portail constituant un catalogue en ligne  d’URL de vidéos, organisé et documenté, avant archivage.

 

Raphaële Bertho et Jacques Guyot

 

 

 

Jean Pierre Salmon, MICA

 

Etaient aussi présents : Marta Lotto (LAVUE), Eris Citarel (LAVUE), Leo Elicio (Recherches Européennes), Gabriel Popovici (MSH Paris Nord), Lucyna Derkacz (LAVUE).

Récits collectifs et nouvelles écritures visuelles

Récits collectifs et nouvelles écritures visuelles

sous la direction de Francine Saillant et Michaël La Chance

280 pages, Presses de l’Université Laval, 2012

Colloque CELAT, Montréal Juin 2010

 Alain Bertho : « émeutes et production mondiale d’images en résonance »

Le temps des émeutes est-il nécessairement celui de la fin des récits collectifs des mobilisations sociales et politiques ? L’hypothèse qui sera ici examinée est que, pour le moins, le temps des émeutes nécessite de repenser la figure collective de ce récit comme sa discursivité.

Le récit collectif est un des enjeux des mobilisations populaires, qu’elles soient sociales ou directement politiques. Il s’agit de mettre sur la révolte des mots, un regard, une subjectivité qui ne soient pas ceux de l’adversaire, de l’Etat ou de la police.

Maîtrise de la mobilisation mémorielle, maîtrise du récit historique : l’enjeu a été surpolitisé au cours du XXème siècle. Mais au-delà de ce champ de bataille  symbolique explicite, la chanson, le roman, le théâtre, le cinéma ont été les vecteurs de ces récits partagés, commentés, critiqués.

Si la modernité politique a été marquée parla mise en place de dispositifs de représentation, il semble que la logique de cette dernière ait largement débordé l’espace électoral. Mais pour que ces dispositifs aient été subjectivement partagés, deux conditions ont été nécessaires : qu’il y ait du collectif à représenter (un groupe social, le peuple dans son ensemble…) et qu’il y ait un espace de partage culturel et discursif, l’espace public.

Or la généralisation du face à face émeutier nous dit la rupture généralisée de ces dispositifs. L’émeute surgit là où il y a rupture d’interlocution et effondrement des dispositifs sociaux et politiques de représentation ainsi que des identités collectives. Comme nous le signale si pertinemment Giorgio Agamben, la « communauté qui vient » est celles des « singularités quelconques » irreprésentables.

Les conséquences de cette rupture sont considérables. Elles touchent aux conditions de la politique comme activité collective. Elles touchent à la possibilité même d’un espace public régi par les échanges discursifs.

Dimension imprévue de la « société du spectacle » depuis longtemps annoncée, l’émeute contemporaine est devenue une écriture visuelle et cette écriture est mondialisée. Tel est l’un des traits singuliers de notre époque où l’image, le numérique et le virtuel ont pris une part plus importante encore que nous ne pensons le savoir.

Cette nouvelle écriture qui s’invente dans la confrontation muette des peuples et des pouvoirs appelle la découverte d’un mode de lecture, d’un mode d’intelligibilité qui lui soit propre. L’exercice est inédit. Il est loin d’être évident.

Nous devons préalablement en établir la nécessité sur deux points. Le premier concerne la modernité de l’émeute et le second la place de l’image dans son mode opératoire contemporain….